Publications

2017 : Maghreb-Moyen-Orient, Une priorité de politique étrangère pour la France

Du Sahel à l’Indonésie, un arc de crise s’est formé : la plupart des pays musulmans sont confrontés à des troubles, des violences voire des situations de guerre. Si le Moyen-Orient est l’épicentre de ces violences et est devenu avec l’Etat islamique et Al Qaïda un vivier proliférant de terroristes, ces violences essaiment en Afrique comme en Europe et affectent la sécurité de nombreux pays, dont la France touchée à de nombreuses reprises par des attentats djihadistes. En fait cette zone connait de profondes mutations dont le mal nommé printemps arabe n’est qu’une des manifestations. Les sociétés sont profondément affectées par la modernité et par le processus de mondialisation. On assiste tout à la fois à un rejet de l’Occident et à une contestation de l’autorité, qu’elle soit politique ou sociétale. Le slogan « L’islam est la solution » sert de programme aux mouvements islamistes qui apparaissent comme une alternative. Une frange radicalisée bascule dans le djihad et représente une menace terroriste qui risque d’affecter encore longtemps la sécurité du monde, en particulier de l’Europe, proche de cette région. Or nous sommes liés au Maghreb et au Moyen-Orient par une histoire partagée, par la proximité géographique, par des intérêts culturels et économiques mutuels. Les évènements qui s’y déroulent ne peuvent nous laisser indifférents.

À la veille d’une importante échéance politique française, le groupe Avicenne a entrepris une réflexion sur ce monde en plein bouleversement et plus précisément sur la région qui, du Maroc à l’Iran en passant par la Syrie, est la plus affectée par cette évolution et propose des orientations qui marquent une inflexion de la politique étrangère menée depuis dix ans.

Téléchargez le rapport Avicenne 2017

Parmi les constats de 2007, le groupe Avicenne avait noté que cette zone « est la seule partie du monde qui n’a connu aucune alternance politique réelle depuis la chute du mur de Berlin » et que la rhétorique « nous ou la dictature islamiste » trouvait une oreille complaisante aux États-Unis comme en Europe, y compris en France. Parmi les recommandations, il était proposé de « manifester notre souci de voir émerger des systèmes démocratiques dans la région en développant une politique d’influence auprès des « forces vives » de la région, en particulier auprès des sociétés civiles et des mouvements islamistes intégrés dans la vie politique locale et s’engageant à renoncer à la violence ». La voie suivie, en particulier en France, n’a guère tenu compte d’une telle recommandation alors que les opinions arabes, en particulier à travers les réseaux sociaux, se faisaient de plus critiques à l’égard de régimes autocratiques. Après un diagnostic portant sur la situation actuelle, ses causes profondes, ses manifestations et ses conséquences immédiates ou à terme, le rapport ci-dessous propose de tirer les leçons de cette nouvelle donne et d’apporter à notre politique un infléchissement significatif.

Téléchargez le rapport Avicenne 2011

À la veille de l’élection présidentielle de 2007, le groupe Avicenne a proposé un rapport sur les relations politiques, économiques et culturelles de la France avec le Moyen-Orient et le Maghreb, faisant part de ses analyses et de quelques pistes de réflexion pouvant être utiles à nos décideurs. Tel est l’objet du rapport ci-dessous :

Publicités